Chloé Donin
Un blog pour les passionnés de l'Italie...
Culture
zoom sur d'autres cultures

Pourquoi la culture et la langue d’un pays sont deux éléments étroitement liés ?

 Voici la onzième édition du carnaval d’articles : Des blogs et des langues (page Facebook). Découvrez la thématique du mois ci-dessous, ainsi que le résumé de tous les articles des blogueurs ayant participé à cette session, par ordre de participation et de publication des articles.

Ensemble, nous nous sommes posés la question :

Pourquoi la culture et la langue d’un pays sont deux éléments étroitement liés ? Autrement dit, pourquoi est-ce qu’apprendre une langue n’est pas qu’une histoire de grammaire ?

Il est vrai que les mots culture et linguistique peuvent-être étroitement liés ou non et c’est en cela que cette question est intéressante à traiter.

Chaque blogueur a donc dû définir sa vision du sujet selon sa propre idée de la question et de son vécu. La question permettait en partie de réfléchir et de mettre en relief toutes les facettes de l’apprentissage d’une langue, tout en mettant en relief ce qu’apporte la culture d’un pays, lorsqu’on maîtrise les us et coutumes de celui-ci.

Bien sûr, chacun était libre de choisir l’angle d’écriture qu’il souhaitait, je vous laisse découvrir à présent les articles et leurs résumés.


suismoncheminArticle de Suis mon chemin par Céline Violo :

Sujet : L’immersion dans mon île d’origine

Sicilienne, voyageuse et photographe

Suis mon chemin vous propose sa vision de la question depuis la Réunion. Céline est d’origine sicilienne et a suivi tout comme moi un parcours Licence LLCE (Lettres, Langues, Civilisations Etrangères) italien. C’est une voyageuse dans l’âme et vit à la Réunion depuis quelques mois déjà et par ailleurs c’est aussi une excellente photographe.

L’impact de sa culture sicilienne

Céline nous dévoile donc l’importance et l’impact qu’a eu l’immersion de la culture sicilienne dans son apprentissage de l’italien dans un cadre scolaire.

Née en France, elle a jonglé entre culture française et culture italo-sicilienne [être sicilien est une culture à part entière 😉 ]  j’ai pu découvrir une autre culture que celle de mon pays, la France.

Palerme Sicile voyage
Palermo, en Sicile – Photo de Céline Violo
Et la langue dans tous ça ?

Lorsqu’on est enfant d’immigré, il n’est pas rare que les enfants comprennent la langue étrangère parlée par les parents ou grands-parents mais que ceux-ci répondent dans leur langue maternelle. C’est le cas pour Céline Ils me parlent italien depuis mon plus jeune âge et je leur réponds en français.

A l’école, cela lui a permis d’avoir une longueur d’avance sur les autres, d’une part car elle avait le rythme de la sonorité de la langue dans la peau [et dieu sait combien c’est important !].

Savoir placer les bons accents n’est pas une mince affaire en italien, et Céline a eu la chance de pouvoir intégrer ce point linguistique dès le plus jeune âge. En effet, vous pourrez potasser de nombreuses grammaires, si l’accent est mal placé… il vous sera difficile de vous faire comprendreAu-delà de la grammaire et des conjugaisons, j’avais en moi les bons accents et la langue dans sa globalité. Sans compter cette culture ancrée en moi dès ma plus tendre enfance. 

L’immersion linguistique

L’immersion linguistique permet également de comprendre des aspects culturels primordiaux, des blagues, des concepts techniques, faire des activités typiquement italiennes en famille les échanges avec les cousins/cousines, oncles et tantes, amis… se faisaient en italien, et dans une autre culture, en somme des points que vous ne verrez jamais en milieu scolaire.

En conclusion

Pour conclure, Céline décrit cet étroit lien entre langue et culture italienne comme une langue ancrée en moi comme jamais ; enracinée, elle ne me quitte plus, et il m’arrive de penser encore parfois en italien !

N’hésitez pas à lire l’article de Céline sur son blog, je vous conseille même vivement d’aller lire sa conclusion sur cette thématique.

Retrouvez l’article complet


Article de Sur le bout de la langue par Paulsur le bout de la langue

Sujet : La communication interculturelle

Bafouilleur et polyglotte

Paul, du blog Sur le bout de la langue, nous livre un aspect fort intéressant du langage et de la culture en général à travers la communication interculturelle.

A chacun sa culture

Il est parti d’un constatles étrangers n’agissent et ne pensent pas comme nous. Cela paraît tellement évident qu’on ne pense même pas à se poser la question du pourquoi du comment ?

C’est tout simplement parce que nous n’avons pas la même culture, les mêmes habitudes et rites. Ce qui nous unis, c’est la langue et la langue est liée à notre culture, on ne peut pas les dissocier et c’est ce que met en évidence Paul dans son article en nous montrant différentes études réalisées par des anthropologues.

Les chocs culturels au travail

Avant même d’entrer dans le sujet, Paul nous livre une anecdote que je trouve particulièrement intéressante : essayez de faire une réunion avec des personnes de cultures différentes et le tout dans un cadre professionnel… autant dire que ce n’est pas de la tarte !

Les clichés

Autour de la culture gravite également un nombre incalculable de clichés selon les nations : Des Allemands très ponctuels, des Italiens très bruyants, des Autrichiens impolis, des Indonésiens très tactiles.

Le temps et l’espace dans nos cultures

En effet, selon Edward T. Hall, il y a certains éléments que même les livres de grammaire ne pourront pas vous apprendre autrement que par l’immersion. Une langue ce n’est pas qu’une question de langage parlé, d’une communication orale mais également de phénomènes socio-culturels, il donne l’exemple de deux concepts :

  • le temps : en une phrase pour certaines nations, Le temps c’est de l’argent” et pour d’autres, “il faut prendre le temps”.
  • l’espace : la proxémie, c’est-à-dire  la proximité avec une autre personne

Mono ou Polychroniques ?

Il existe également deux catégories de peuples : les peuples monochroniques et les peuples polychroniques. Je vous laisse analyser ces deux aspects sur le blog Sur le bout de la langue.

Chacun sa route, chacun son chemin…

Pour conclure, ne jugez pas trop vite votre prochain s’il agit de façon étrange, peut-être qu’il n’a tout simplement pas la même culture que vous. Essayez de comprendre son histoire, sa langue et sa culture et vous verrez qu’au fond nous ne sommes pas si différents 😉 !

Retrouvez l’article complet


le marathon des languesArticle de Le Marathon des langues par Lauriane Copet :

Sujet : Apprendre une Langue et sa Culture (sans partir à l’étranger)

Sportive et polyglotte

Lauriane du blog Marathon des langues nous montre comment apprendre une langue et pas seulement sous un angle linguistique mais également en passant par la culture du pays, le tout depuis votre canapé.

Une histoire d’alchimie et de coup de foudre

En effet, Lauriane définit l’apprentissage d’une langue comme une alchimie socio-linguistique qu’elle appelle l’identité culturelle d’une langue. C’est quoi ce truc ?

Pour que vous compreniez mieux de quoi il s’agit, elle compare la relation que vous avez avec une langue à celle d’une relation amoureuseQuand vous tombez amoureux, vous êtes accro, vous ne pensez qu’à cette personne, vous trouverez du temps pour la voir, vous avez plaisir à voir cette personne, tout roule, tout semble simple. La vie à une nouvelle saveur. Vous souriez bêtement en pensant à elle, vous avez des papillons dans le ventre.

Le concept de l’identité culturelle

Pourquoi ressentez-vous cela ? C’est là qu’intervient le concept d’identité culturelleParce que vous aimez la personne pour ce qu’elle est. Pour ses cheveux, ses yeux verts, la forme de son visage, les boucles de ses cheveux, son odeur, son rire …Bref, vous aimez son identité.

Cette identité là, celle dont vous êtes tombés amoureux, sera la source de votre motivation ! Si vous ne ressentez pas ces papillons là… alors ce n’est pas la peine de continuer !

Comment s’imprégner d’une culture sans voyager ?

Vous ne pouvez pas voyager ? Pas besoin, puisqu’elle vous donne toutes les clés pour réussir votre immersion culturelle dans une langue. Même la sieste peut faire partie de votre programme si vous apprenez l’espagnol.

Lauriane vous conseille donc de vous entourer de tous les éléments culturels qui constituent la culture du pays qui vous est cher. Pourquoi est-ce nécessaire ? Tout simplement parce que pour elle la culture est le ciment de la langue, ou la langue est le ciment de la culture

Astuces et conseils du Marathon des Langues

Je vous laisse aller lire toutes les astuces qu’elle propose sur son article, dans le but de réaliser une vraie immersion depuis votre canapé, en cliquant sur le lien ci-dessous.

Retrouvez l’article complet


 apprendre à parler anglais en autodidacte

Article de Apprendre à parler anglais par Amine Benchekroun :

SujetPourquoi la culture d’un pays et sa langue sont étroitement liés

Passionné par l’anglais et peu par les maths

A travers l’article d’Amine du blog Apprendre à parler anglais, on se rend compte qu’en effet on apprend souvent les langues comme on apprendrait des maths

Apprendre la grammaire, mais pourquoi faire ?

Pourquoi n’apprend-on pas la culture du pays, alors qu’elle est au centre de l’apprentissage d’une langue ?! Le pire dans tous ça c’est que du coup nous ne voyons jamais l’utilité finale de notre apprentissage au sens large… et c’est bien dommage !

La conséquence à tout cela c’est que vous ne retenez pas grand chose de vos études… c’est quand même un peu triste tout ça ! On passe toute notre vie à l’école pour au final ne se souvenir que d’un pourcentage minime et tout ça car l’émotion, les émotions devrait-on dire, ne sont pas au cœur de notre apprentissage.

La mémoire « émotionnelle »

J’aime beaucoup les exemples qu’Amine nous donne et qui montre combien le côté émotionnel est important pour notre mémoire :

Vous souvenez-vous de la fois où vous vous êtes brossés les dents il y a 1 mois et demi ? pour 99% d’entre vous la réponse sera non.

Vous souvenez-vous de ce que vous faisiez lors du 11 septembre 2001 ? pour 99% d’entre vous (si vous n’étiez pas trop jeunes) la réponse est oui.

L’immersion

De ce fait, Amine nous explique combien l’immersion linguistique est importante pour apprendre une langue et pourquoi dans son blog il insiste autant sur ce point.

Soyez curieux

Avant de vous laisser lire son article au complet, je résumerai sa réflexion en une phrase : si vous voulez apprendre une langue facilement et de façon vivante alors apprenez les langues en découvrant la culture du pays qui vous intéresse.

Retrouvez l’article complet


Article de Allemand Malin par Arnaud Fuchs :Allemand Malin

SujetDes similitudes entre l’allemand et l’anglais

Germanophone et germanophile

Arnaud du blog Allemand Malin vous livre une vision rapprochée entre deux cultures qui semblent plus ou moins lointaines d’un point de vue grammatical mais également culturel : allemande et anglaise.

Sans frontière

Allant de l’aspect linguistique en passant par l’histoire de ces deux pays qui n’ont pourtant pas de frontière commune.

Il a répertorié des listes complètes de mots de vocabulaire ou voir même des phrases en allemand qui ressemblent de très près à la forme anglaise. Allemand malin nous donne plusieurs exemplesIch habe — I have ou encore Wo ist das ? —Where is that ?.

Des liens étroits entre le suédois et l’allemand

[ Je me permets une petite apartée sur le sujet, mais j’ai souvent entendu d’ailleurs que le suédois et l’allemand étaient également très proches et pour avoir été en Suède, j’ai noté pour ma part quelques similitudes avec l’anglais. Si on prend l’exemple de « venir » en suédois qui se dit « komma« , on pense tout de suite au mot anglais « to come » ! La ressemblance m’avait tout de suite frappée. ]

Peuples germaniques et peuples latins

On voit donc à quel point les racines entre les langues sont proches et ce phénomène s’explique en partie par des questions culturelles. On parle d’ailleurs des peuples germaniques et leurs opposés les peuples latins.

L’allemand et l’anglais font parties toutes deux des langues dites « germaniques » et Arnaud nous montre d’ailleurs dans son article que Selon certaines estimations, plus d’un tiers des mots anglais sont d’origine germanique., et de ce fait, la prononciation aussi est très proche.

Des points communs culinaires

La proximité entre les deux pays n’est pas seulement linguistique, elle existe aussi à travers la culture, les valeurs, les aliments et les boissons . En effet, deux élément les rapprochent :

  • la bière : Les Allemands et les Britanniques boivent pour finir leur journée, ils boivent pour faire la fête, ils boivent pour devenir plus sociables. 
  • la cuisine typiquement nordique, au menu : l’aalsuppe (soupe à l’anguille) ou du eintopf (ragoût de fruits de mer), ou encore la weisse bohnensuppe (soupe aux haricots blancs)…
Eintopf plat allemand et anglais
Eintopf plat allemand et anglais

Des déclinaisons

Ce que nous montre bien Arnaud à la fin de sa réflexion, c’est que ce qui les différencie radicalement aujourd’hui, ce sont les déclinaisons.

Découvrir l’article complet

Pour résumer en quelques mots cet article riche de sens, on ne peut pas parler de grammaire et de vocabulaire sans parler d’éléments culturels. Vous verrez dans l’article que les deux éléments sont difficilement dissociables et qu’on a beaucoup de difficulté à expliquer la culture d’une langue sans mentionner des aspects grammaticaux.

Retrouvez l’article complet


Le monde des languesArticle de Le Monde des Langues par Pierre Blanchon :

Sujet : Gare au choc culturel : une langue, ce n’est pas que de la grammaire

Polyglotte et passionné des langues

Pierre du Monde des langues a une vision très proche de la mienne sur le sujet.

L’ethnocentrisme

Il explique très bien que nous (en tant qu’humain) avons tous plus ou moins tendance à penser qu’ailleurs c’est pareil et que tout le monde réagit et pense de la même façon… on appelle d’ailleurs ça l’ethnocentrisme. Dans son article, Pierre nous montre bien que non, et que nous ne pensons pas tous de la même façon, et qu’il n’y a pas de pensée unique. 

Lorsqu’on apprend une langue, au début, on a tendance à tous vouloir se calquer sur notre modèle linguistique ou même sur nos habitudes alimentaires, sociales… ce qui est une énorme erreur !

Booster son vocabulaire

D’autre part on n’a pas forcément conscience que si on ne connaît rien sur pays de la langue que l’on étudie, on risque d’en pâtir sur le plan linguistique.

Comme le dit très bien Pierre, si l’on veut exceller dans une langue il faut prendre en compte des éléments culturels très pointus, surtout si vous voulez vous faire des amis dans le pays, avoir une belle famille, trouver du travail En somme, l’aspect socio-linguistique est essentiel !

Avoir des intérêts personnels

Ne vous contentez pas de faire vos cahiers de vacances, ou d’apprendre pour avoir un diplôme,  ce qui d’ailleurs ne vous apportera que la satisfaction d’avoir atteint un objectif académique. L’important c’est la communication et même au delà de la communication il y a l’aspect humain et social !

S’adapter aux us et coutumes

L’important n’est-il pas de pouvoir vous raconter et/ou de comprendre des blagues ? De pouvoir comprendre le cadre de travail du pays, les émotions culturelles… On peut prendre les exemples des japonais qui ont une sorte de façade de personne très polie ou encore le fait qu’ils ne disent jamais non car culturellement cela ne se fait pas !

japon - visiter comme un autoctone

L’élément troublant c’est que cet aspect culturel se retrouve dans le langage, voici quelques concepts liés à la fois à la culture et à la langue :

  •  本音 (honne) sentiments réels
  • 建前 (tatemae) façade qu’adopte les japonais
  • 仕方がない (shikata ga nai) on ne peut rien y faire/c’est la vie
  • le sisu (en finnois) résistance silencieuse face aux dangers

C’est d’ailleurs cet aspect là qui fait de la traduction un art très complexe, car ces concepts sont liés à la façon de penser !

Si vous souhaitez maîtriser une langue alors il vous faudra poser des questions de savoir-vivre à des personnes de langue maternelle ou à des gens qui ont suffisamment de recul vis à vis du pays que vous étudiez.

Voici deux exemples typiques d’un décalage entre la culture française et celles d’autres nations :

  • ne dites pas à un finlandais « je t’appellerai » si vous ne comptez pas le faire
  • ou encore soyez à l’heure, voir en avance, quand vous donnez un rendez-vous à un allemand
Glissez vous dans la peau de votre correspondant

En bref, ignorer la culture c’est se mettre un obstacle définitif dans la maîtrise de la langue donc si vous voulez commencer dès demain, il faut vous immerger dans la culture qui vous intéresse, apprendre à avoir de l’empathie et surtout soyez ouvert d’esprit vis à vis des étrangers et des autres cultures.

Pour conclure, partez toujours du fait que vos principes, votre façon de parler ou de vous exprimer, vos habitudes ne sont valables que pour vous ! Surtout apprenez à mimer vos amis italiens, anglais, espagnols, japonais, finlandais, russes… et essayez de vous glisser dans leur peau en vous immergeant le plus possible.

Retrouvez l’article complet


Pour conclure avec cette onzième édition, je remercie avant tout les blogueurs pour leur participation, car le sujet n’était pas évident à traiter.

Dans ces articles, vous avez pu voir que tous les blogueurs s’accordent à dire qu’on ne peut apprendre facilement et parfaitement une langue si on esquive l’aspect culturel. D’ailleurs c’est pour eux la source première de leur motivation !

Pour la plupart d’entre eux, apprentissage d’une langue rime avec culture et avec immersion linguistique. Certains ont préféré détailler des similitudes socio-culturelles entre deux ou plusieurs langues à travers la grammaire et le vocabulaire, alors que d’autres ont mis en avant l’aspect de l’immersion linguistique.

En espérant que ce sujet vous aura plu.


Alors quel est votre point de vue sur la question ?

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires de cet article, juste en-dessous !

 

Retrouvez la Dixième édition

Partager :
Soyez le premier / la première à commenter !