Chloé Donin
Un blog pour les passionnés de l'Italie...
Apprendre
le latin pourquoi faire

Le latin, ça sert à rien ?! Mythe ou réalité ?

Le latin, une langue morte ?

Chanson contre la guerre avec quelques passages en latin (textes et traductions) –  Âmes sensibles s’abstenir

Option latin, un gros mot ?

Le latin au collège

J’ai commencé le latin lorsque j’étais en 5 ème… mon père souhaitait à tout prix que je fasse du latin. Il avait de bons souvenirs de ses cours alors qu’il a toujours détesté l’école. Entre nous, je crois que sa prof devait être très mignonne pour qu’il aime cette matière, sinon elle devait être très patiente et vraiment très douée.

Je n’ai jamais eu de très bonnes notes en latin, sauf quand je trichais avec mon voisin de table (mais ça, chut c’est un secret !). Comme les notes de Latin faisaient parfois baisser ma moyenne générale, je ne comprenais pas vraiment pourquoi il insistait pour que je continue cette matière horrible, qui ne servait vraiment à rien

Souvenirs, souvenirs

J’ai d’ailleurs récemment évoqué nos cours de latin avec une amie, et elle a les mêmes souvenirs que moi !

Les cours étaient toujours en fin de journée, voir en fin de semaine, tout le monde pouvait rentrer chez soi… mais toi non tu ne peux pas car tu as latin !, sans parler de nos profs qui laissaient souvent à désirer.

Au final nos souvenirs du latin ne sont pas les meilleurs 😛 sauf peut-être le voyage en Italie souvent organisé par les profs de latin, un vrai plus !!!

Un objectif professionnel

c'est pas faux

Devenir professeur d’italien

Déjà en 5ème je savais que je voulais être professeure d’italien, c’est pourquoi mon père a insisté en me disant que cela pourrait me servir et que dans la vie il faut avoir plusieurs cordes à son arc pour bien s’en sortir. Et comme dirait nos amis Perceval et Karadoc, c’est pas faux !.

Vous pouvez aussi retrouver mon article :
Les raisons qui m’ont poussée à ne jamais abandonner l’italien

Le latin et les concours

apprendre le latin et l'italien - collège

Par la suite, en 4 ème, ma professeure d’italien m’a également dit que le latin était un atout pour une carrière d’enseignante d’italien. Connaître le latin permettait de passer les concours de professeurs des collèges-lycées-universités, c’est à dire l’AGREG, ce qui permet à terme de gagner un meilleur salaire et d’avoir moins d’heures à dispenser.

Mais à ce moment là, je ne connaissais pas du tout ces concours et je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. A cette période, j’ai pensé surtout au brevet, parce qu’il faut bien le dire, au début des années 2000, le latin permettait de cumuler des points pour le brevet !

La réalité des concours

Par la suite, j’ai découvert la joie des concours… et surtout le nombre de places disponibles au concours, qui est en total décadencemais pourquoi tant de haine !!!!

  • Pour ce qui est du CAPES d’italien externe on ne compte cette année (en 2019) que 16 postes pour le public et 4 pour le privé !
  • Toujours pour cette année (en 2019), les places au concours de l’AGREG d’italien externe sont au nombre de 5 et 4 pour le concours interne.

Jusqu’en 2011, il y avait beaucoup plus de postes ouverts pour l’italien, mais, depuis quelques années, l’italien est mis de côté sans aucune raison.

Je vous rassure, il est toujours possible d’enseigner l’italien mais il vous faudra courir entre plusieurs établissements. Et même si vous avez le meilleur des concours, ce n’est pas de tout repos : voici un témoignage d’une professeure d’italien.

Loin de moi l’idée de vous dégoutter, ça n’est pas le but, au grand jamais ! c’est juste pour vous mettre en garde et que vous sachiez ce qui vous attend ! D’autre part, il est difficile à dire aujourd’hui quelle place aura l’italien dans quelques années.

Un petit conseil, n’ayez confiance qu’en vos rêves, tout en ayant conscience des réalités, et surtout ayez toujours plusieurs cordes à votre arc 😉 !

Et le latin dans tout ça ?

Education nationale - passer les concours - italien et latin utilitéEn effet, cette professeure d’italien avait raison, le latin est utile pour passer le concours de l’AGREG, mais il est aussi utile d’en faire un peu pour les concours du CAPES et pour des études de Licence LLCE italien.

Si vous entreprenez de faire un parcours LLCE italien et même si vous souhaitez vous arrêter à la Licence, la syntaxe du latin, quelques mots de vocabulaire en latin vous seront d’une grande aide pour les raisons qui suivent.

Le latin ça sert à rien !

Je dois dire que sur le coup… je me suis dit ok ! mais là dans l’immédiat, vu les cours que j’ai… je vais pas aller bien loin !

On ne peut pas dire que les cours que je suivais étaient très passionnants, il faut dire que sur le moment on est jeune, le prof a les cheveux blancs… bref le schéma classique du cliché des cours de latin au collège.

Pourquoi continuer le latin ?

Pourquoi ai-je continué le latin ? Comme dirait Pierre DesprogesC’est une très bonne question et je vous remercie de me l’avoir posée.

Patience et persévérance

A ce moment là, j’ai pensé qu’en effet ce serait peut-être mieux pour ma carrière. J’ai finalement continué jusqu’au lycée !

Honnêtement, même au lycée je ne trouvais pas les cours plus intéressantsTraduire des textes du latin au français était un exercice très difficile et les devoirs notés étaient un stress permanent. Heureusement, parfois, on parlait un peu de la culture romaine, avec par exemple le visionnage de quelques films types peplum (Hannibal contre Rome, .

L’option latin au bac

Voir sa moyenne générale baisser à cause du latin… ce n’est pas vraiment le but et ce n’est pas très agréable. Je me suis donc accrochée à un but, l’option latin peut rapporter des points au Bac et, même si vous avez une note en dessous de la moyenne, la note ne sera pas comptabilisée!

Voir au-delà des réformes

Selon les dernières nouvelles, il semblerait que les options rapporteront moins qu’avant… donc viser plus loin et plus large ! Si vous avez envie de devenir polyglotte, pensez que le latin vous sera très utile pour apprendre les langues romanes (espagnol, portugais, roumain….) mais pas que.

Je me souviens même que notre professeur de latin nous avait dit qu’il y avait bien plus de racines latines dans les langues anglo-saxonnes ou germaniques qu’on ne peut le croire ou l’imaginer.

Le  latin en Italie

Le latin une option obligatoire

Si, pour nous, le latin est une option facultative au lycée, pour les italiens qui s’orientent vers une filière littéraire ou linguistique c’est une matière obligatoire !

Des réformes toujours des réformes…

Il y a 7 ans cette matière était obligatoire même dans les lycées scientifiques, mais depuis quelques années et la mise en place de certaines réformes, le latin meurt à nouveau. Aujourd’hui le latin est donc obligatoire seulement dans les lycées dit classico et linguistico soit l’équivalent d’une filière L en France (une filière qui elle aussi va disparaître avec les nouvelles réformes).

Un calvaire qui n’a pas de frontière

Si pour de nombreux italiens, l’apprentissage du latin est un calvaire, beaucoup d’entre-eux pense que cette matière est un réel tremplin pour l’apprentissage des autres langues latines. D’autres, plus scientifiques, attestent que cela permet d’entraîner au raisonnement et de stimuler la logique mathématique.

Un école de latin à Rome

À Rome,  il existe même une école Vivarium Novum qui permet d’apprendre le latin dans le but de connaître les bases des cultures latines, la littérature classique et aussi de parler latin couramment !!! Oui, oui, oui, vous avez bien lu !

Ecouter la radio en latin

Areena – Nuntii Latini si vous avez envie d’écouter les informations mais version latin (radio finlandaise).

En quoi le latin peut-être utile aujourd’hui ?

L’étymologie

Depuis que je suis petite, j’aime beaucoup m’amuser avec les mots.

C’est pourquoi, étudier l’étymologie est un peu comme un jeu. Je prends beaucoup de plaisir à comprendre pourquoi certains mots ont des lettres qui ne se prononcent pas, quels sont les liens entre le latin, le français et l’italien. L’étude de l’évolution de la langue latine au français ou à l’italien… est passionnante.

comparaisons lexicales entre le latin et les langues romanes

Des moyens mnémotechniques

Pour ceux qui me suivent depuis quelques temps déjà, l’école a toujours été pour moi un terrain miné d’embuscades.

Le latin a donc parfois été mon allié puisque certaines racines latines permettent de comprendre plus rapidement certains mots dans un texte et donc d’éviter les contre-sens

Par ailleurs, le latin m’a souvent aidé à comprendre plus facilement la conjugaison des verbes irréguliers en italien, en somme un vrai gain de temps.

La racine des langues latines et pas seulement

Finalement, tout comme moi, peu d’italiens regrettent d’avoir fait du latin, beaucoup trouvent regrettable que cette matière soit de moins en moins obligatoire au lycée.

Beaucoup estiment que le latin leur sert à comprendre de nombreuses expressions idiomatiques tel que vade retro Satanas campus (territoire) universitaire, vice versa, etc, veni, vidi, vici, maximum, minimumdixitin situ, summum, dixit, quid, placebo

Il était une fois à Rome - CésarCertaines expressions latines sont parfois utilisées par les journaux du type :  ad personam (à son avantage), in situ (lié au lieu)…

Si vous aimez l’histoire, le latin est une mine d’or pour comprendre les traditions et nos racines. C’est le cas aussi si vous avez envie de devenir archéologue, comme Cléa Moulin par exemple qui a participé à l’écriture d’un article sur le blog :La légende de Rémus et Romulus vue par une archéologue. Si vous voulez devenir professeur d’histoire ou que sais-je encore, le latin peut s’avérer être un vrai plus.

Les voyages forment la jeunesse
D’autre part, nombreuses des œuvres d’art que vous avez vu dans les livres de latin se trouvent dans les musées en Italie. Je pense particulièrement aux mosaïques du musée archéologique national de Naples ou encore aux mosaïques de la Villa du Casale à Pizza Armerina en Sicile.

Le latin, un atout pour enseigner l’italien plus facilement

apprendre le latin

Le latin, un allié de choc jusqu’à l’université !

En effet, au cours de mes études universitaires, au cours de mes années de Licence, j’ai eu des cours de grammaire italienne mais aussi et surtout des cours de grammaire ancienne.

J’ai également suivi des cours d’italien ancien, c’est à dire des cours de traduction d’anciens textes italien, soit des textes du moyen-âge, je pense notamment aux chansons de gestes tels que Orlando Furioso ou encore des textes de Guido Guinizzelli du 13ème siècle du genre littéraire du Dolce Stil Novo qui sont plus proches du latin que de l’italien actuel, la syntaxe étant très similaire.

Ce qui veut dire que si vous aimez les grands classiques de la littérature italienne, comme Dante Alighieri, Francesco Petrarca (plus connu sous le nom de Pétrarque) ou encore Giovanni Boccaccio (connu en France sous le nom de Boccace),  il faut donc vous attendre à ce genre d’exercices !

Au début, j’ai vécu ces cours comme un vrai calvaire ! Un peu comme mes cours de latin finalement, avec la même complexité.

Je me suis alors félicitée d’avoir continué le latin, je pense honnêtement que, sans cela, ces cours auraient été encore plus difficiles pour moi.

Le latin après les études

L’italien une langue « enraciné »

arbres des Langues Romanes

 

Malgré ce que vous pouvez croire, j’ai encore des liens très étroits avec mon très cher ami Dominus Latinus.

L’italien est la langue qui pour moi a le plus de racines avec le latin. En effet, toutes les formes irrégulières que l’on trouve en italien trouvent leurs explications dans leur racine latine ou dans le latin parlé.

Voici quelques exemples que je mets en relief dans mes cours d’italien :
– Des racines latines dans l’évolution de l’italien parlé :

  • Des lettres qui se font passer pour d’autres
    Si vous connaissez un peu le latin, il vous sera facile d’appliquer quelques astuces pour trouver facilement du vocabulaire en italien, par exemple :

    1. le « b » à tendance à se transformer en « v » dobere => dovere => devoir
    2. le phonème « ct » va se transformer en « tt » lectura => lettura => lecture
    3. le digramme « ti » se transforme souvent en « zi » latium => lazio
    4. le « x » n’existant pas en italien, connait plusieurs évolutions, « ss » est une des possibilités, tout dépend par quelles lettres il est entouré : maximum => massimo.
  • L’italien étant issu d’un latin dit « vulgaire », c’est à dire parlé, il est parfois très simple de comprendre certaines évolutions orthographiques :
    Par exemple, « Gli dèi » pourquoi trouve-t-on l’article défini « gli » alors qu’on se trouve devant une consonne ? C’est un peu comme si en français vous ajoutiez « le » devant le mot « animal » => « le animal » ? ça n’a aucun sens !
    Pour cela, il faut aller chercher du côté du latin. A l’origine le mot latin était « l’iddio« , celui-ci a progressivement évolué en italien ancien en « l’iddeo« , si l’on met ce mot au pluriel on trouve alors « gli iddei » mais si vous prononcez le mot rapidement avec son article vous allez vite vous rentre compte que les deux premières lettres du mot « iddei » ne s’entendent plus. C’est donc la phonétique et la prononciation qui a pris le dessus sur l’orthographe.

– Des racines latines dans la grammaire italienne

  • base latine : habere (avere)
    Habere latin - verbe en italien avere
  • bases latines : Adnare / vadere (andare)
    Adnare Vadere latin - verbe en italien andare
  • base latine : Dobere (dovere)
Dobere latin - verbe en italien dovere
Pour aller plus loin
Site internet

Livres, méthodes et jeux en latin

  • Et mon tout est un mot : Jeux lexicaux à partir de racines grecques et latines
    Un livre qui semble d’après les commentaires très bien et très apprécié, je pense que je vais moi-même l’acheter et me remettre au latin de façon plus assidue.
  • Assimil – Latin apprendre la langue de nos ancêtres, comme au temps d’Astérix et Obélix.
  • LatinoLinguo un jeu de société idéal pour voir les liens entre les différentes langues romanes
    En attente de test, mais je trouve que le concept est idéal pour apprendre vite et bien tout en s’amusant.

Alors, qu’en pensez-vous, le latin est-elle une langue toujours aussi morte et inutile ? 

Partager :
Soyez le premier / la première à commenter !