Chloé Donin
Un blog pour les passionnés de l'Italie...
Apprendre
oser parler en italien

Comment vaincre sa peur de parler italien ?

Cet article a été réalisé dans le cadre de l’événement « Des blogs et des langues », cette 4ème édition porte sur le thème : Comment vaincre sa peur de parler une langue étrangère ? Retrouvez tous les autres blogueurs ayant partagé leur point de vue sur le blog de Pierre Jousserand en cliquant sur Holamigo.


Trop de grammaire tue la grammaire ! En France, on nous apprend à bien construire nos phrases selon les règles de grammaire. Parfois, on se focalise tellement sur cet aspect, qu’on en oublie qu’une langue sert avant tout à communiquer avec autrui !

De l’immersion italienne à la prise de parole en langue étrangère

Voici quelques étapes clés pour vaincre votre peur de parler italien :

Oubliez que vous êtes français et recréez l’immersion

immersion langue italienne

Primo, traduisez votre prénom en italien : si vous vous appelez Louis, désormais vous vous appellerez Luigi, et si  vous ne trouvez pas l’équivalent de votre prénom, alors créez-vous votre propre identité italienne.

Secondo, votre alimentation n’est désormais constituée que de pasta alla verdura, pizza quattro stagioni, piadine con mozzarella e prosciuto crudo… Oubliez les pâtes en accompagnement : Sacrilège ! vous dirons les italiens. 

Terzo punto, changez votre garde robe, mettez des vêtements colorés et les filles sortez vos talons ! Pour finir, achetez-vous des lunettes de soleil digne de la classe à l’italienne !

Plaisanteries mis à part, vous devez vous sentir plus italien que les italiens. Cela va vous aider à prendre confiance en vous et à passer à l’étape suivante.

Voyagez seul en Italie et jetez-vous à l’eau !

se jeter à l'eau

Laissez vos amis français en France et prenez-vous un week-end ou plus pour vous. Plus d’excuses, vous devrez vous jeter à l’eau, et place à l’italien !

A partir du moment où vous aurez passé la frontière Non si parla più francese ! (Interdit de parler français !) :

  • n’allez pas à l’hôtel mais choisissez plutôt une chambre chez l’habitant en Airbnb et comme le dit le slogan vivi la città come una persona del luogo ou partez chez un ami italien qui peut vous héberger dans ce même but  vivez l’Italie comme une personne qui y vit,
  • sortez autant que vous pouvez bar, musées…,
  • demandez votre chemin en italien aux autochtones,
  • commandez-vous « degli aperitivi« , « dei gelati« , « delle pizze« ,
  • allez au cinéma, au théâtre…,
  • négociez vos achats au marché,

Bref…

  •  osez vous jetez à l’eau !

Obligez-vous à parler à voix haute quand vous êtes seul !

Parler italien

Attendez que tout le monde soit parti et amusez-vous à traduire chaque action de votre quotidien en italien.

Si le vocabulaire vous manque, alors mettez des post-it un peu partout dans votre maison (je connais plus d’une personne qui pratique cette méthode, et ça fonctionne !).

Si vous n’aimez pas parler tout seul, mettez-vous une musique italienne et chantez à tue-tête !

Vous préférez la lecture ? Aucun souci, à condition de lire à haute voix ! Entraînez-votre mâchoire, articulez bien et profitez-en pour travailler votre accent

Et surtout ne vous trouvez pas d’excuses et faites-le régulièrement !

Prenez le temps !

carte mentale c'est quoi

Prenez le temps de réfléchir à votre phrase et d’organiser vos idées et n’essayez pas de parler aussi vite qu’un natif. Les italiens ne sont pas pressés : Faccia con calma ! Vada piano ma sano ! (Faites-le calmement ! Allez-y doucement mais sûrement !).

Peut-être que cela vous rassurera dans un premier temps de poser sur le papier vos phrases, mais dans un deuxième temps, prenez l’habitude de n’écrire qu’un mot. Faites-vous des cartes mentales avec un sujet et quelques mots et des dessins, coggle.it est d’ailleurs un bon outil pour cet exercice.

N’ayez pas peur de commettre des erreurs !

faire des erreurs

Rome ne s’est pas construite en un jour. Vous ne serez pas bilingue en un jour mais Pazienza ! vous le serrez un jour, si c’est votre objectif bien entendu.

Partez toujours du principe que vos erreurs vous aideront à mieux comprendre la grammaire et la langue italienne. Une erreur ne se fait pas par hasard, prenez le temps de comprendre d’où elle vient et pourquoi.

Si vous faites toujours les mêmes fautes et que cela vous agace, alors notez-les et revenez-y dessus à tête reposée. Prenez ensuite le taureau par les cornes et un bon livre de grammaire. Là aussi, il n’y a pas de mystère, cherchez plutôt la raison pour laquelle vous faites cette erreur.

Entourez-vous d’italiens ou de bilingues franco-italiens !

parler en italien

Une fois que vous avez trouvé un petit cercle de natifs ou de bilingues franco-italiens, établissez des règles avec eux. Vos correspondants pourront vous aider et vous reprendre si besoin.

Certaines personnes souhaitent qu’on les reprenne à la moindre erreur, d’autres préfèrent qu’on leur fasse un petit résumé à la fin de la discussion.

Pour ma part, je suis partisane de la première option parce qu’on oublie vite nos erreurs et cela ne nous permet pas de les comprendre. Sorties de leur contexte, il est beaucoup plus difficile de se souvenir du pourquoi, et du comment.

En revanche reprendre une personne sur tous les mots, s’il y a beaucoup d’erreurs, peut faire l’effet inverse voire bloquer la personne. Le but recherché est de faire progresser l’apprenant, il faut pour cela trouver un juste milieu. L’humain a beaucoup de mal à accepter ses erreurs, mais il faut savoir reconnaître ses propres lacunes et pouvoir admettre qu’on ne connaît pas tout.

Faîtes-vous coacher par un professeur d’italien

coach en italien

Je peux vous en parler parce que nombreux sont mes élèves qui m’expliquent dès le premier cours, que leurs difficultés se situent sur le parler et non pas sur la grammaire. Mon école s’appelle Parlar’italiano, ce n’est pas pour rien !

Ayant eu des cours d’espagnol à l’université, à la fin de mon cursus universitaire, je m’étais dit allez je me mets à l’espagnol sérieusement en autodidacte. Comme une très grande partie des gens, j’ai acheté de nombreux livres de grammaire… sauf que je n’avais personne pour m’expliquer tous les points de grammaire complexes ni pour me reprendre sur la prononciation… Conclusion : j’ai abandonné !  Pourtant j’avais une bonne motivation : un voyage en Andalousie !

Autre point délicat dans l’apprentissage d’une langue, si vous ne mettez pas un point d’honneur sur l’oral et la prononciation, vous risquez d’apprendre des erreurs que vous mettrez très longtemps à corriger. Apprendre correctement la langue parlée et dès le début, c’est un gros gain de temps. Ne négligez pas l’accompagnement dans votre apprentissage !

 

J’espère que cet article vous aidera à franchir cette barrière de la langue. Mon dernier conseil serait de vous dire : laissez-vous prendre au jeu !. J’attends vos retours d’expérience sur le sujet en général avec impatience !

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, à vous de jouer !


Retrouvez l’article résumé de Pierre, ainsi que les autres avis des blogueurs sur cette même thématique => « Comment vaincre sa peur de parler une langue étrangère ? »

Partager :
1 commentaire
  1. Alexis dit :

    Concordo assolutamente con te! L’apprentissage d’une langue étrangère ne se fait pas sans patience, il ne faut pas ménager son temps, tout comme son argent. Apprendre une langue gratuitement je ne connais pas ! L’aide d’un professeur est toujours la bienvenue pour les raisons que tu as exposées. Cela ne veut pas dire qu’il faut nécessairement disposer d’une fortune pour apprendre une langue étrangère, ça c’est un autre mythe à « sfatare ».
    Pour ma part, je me suis rendu à Lisbonne au mois de juillet dernier, justement pour suivre un cours intensif de portugais à l’université. La motivation en cours et en dehors, le contact à chaque instant avec les natifs font que les progrès sont garantis. Mais bien sûr, comme tu le dis, la maîtrise de la langue ne vient pas en un jour, et il faut comprendre que l’apprentissage d’une langue étrangère nous engage sur notre vie et non le temps d’une soirée autour d’un cours particulier.
    Pour ma part, j’ai toujours regretté que dans le secondaire comme dans le supérieur, l’école française ne se concentre que quasi exclusivement sur la forme écrite de la langue (grammaire, expression écrite etc.). Un schéma que je retrouve encore en LLCE de portugais cette année. Elle oublie par là que toute langue se parle avant de s’écrire. Certaines langues andines ne s’écrivent pas d’ailleurs et en restent à l’oralité. Savoir lire et écrire la langue est évidemment fondamental, mais est notoirement insuffisant quand il s’agit de la parler parce que ce ne sont pas les mêmes zones du cerveau qui sont stimulées selon que l’on travaille l’écrit ou l’oral. De fait, on en arrive au point ou l’apprenant français est globalement bon à l’écrit et sur la grammaire, mais ressent ce blocage caractéristique à l’heure de parler. Il n’y a pas de secret : il faut se mettre à la pratique dès le début de son apprentissage. Qu’importe si le fait de ne pas pouvoir s’exprimer comme on le voudrait au début est terriblement frustrant. Apprendre à dépasser cette étape pénible, c’est justement se donner les moyens de franchir la barrière de la langue, et par là de reproduire la même stratégie lorsque l’on devra apprendre une autre langue.
    Bonne continuation sur ton blog.

Laisser votre commentaire